Rencontre avec une éducatrice remplaçante au SR

Depuis juillet 2016, Joanie est éducatrice remplaçante au SR inc. Titulaire d’un DEC, elle possède une expérience auprès de tous les groupes d’âge. Joanie, appréciée pour son dynamisme et son autonomie, est une habituée des remplacements à long terme.

 

  1. Comment le remplacement améliore-t-il tes compétences d’éducatrice ?

Le fait de ne jamais avoir le même poste, de ne pas être au même CPE, et donc de travailler avec une clientèle différente et parfois même, avec un programme pédagogique différent, cela me force donc toujours à être créative à innover. Par exemple, trouver des activités, des chansons qui vont s’adapter à différents groupes d’âge ou alors je vais devoir développer ma propre banque de chansons et d’activités. Le SR m’amène à toujours améliorer mes interventions (activités, chansons, façons d’aménager des locaux, etc.). Comme je suis quelqu’un qui veut toujours m’informer plus et progresser, cela fonctionne très bien avec le SR.

  1. Comment arrives-tu à tisser des liens rapidement avec les enfants ?

Je dirais que mon humour est généralement accrocheur. Je me montre intéressée à ce qu’ils font et je me montre disponible pour jouer avec eux et répondre à leurs questions. Ma taille et mes appareils auditifs causent la curiosité alors ils viennent souvent poser des questions sur ça et je leur réponds alors, ça fait de belles conversations ! Aujourd’hui par exemple, un enfant m’a dit : « pourquoi es-tu une petite adulte ? » en référence à ma taille !

  1. Que préfères-tu dans ton travail de remplaçante ?

Je ne travaille jamais à la même place et je ne fais jamais le même poste. J’adore la variété des tâches que nous effectuons au quotidien avec le SR. On peut être une journée avec les poupons et l’autre journée avec les 4-5 ans. On ne fait jamais la même chose ! Cela nous force à toujours nous réinventer (activités et chansons) pour tous les groupes d’âge !

  1. Quels sont les principaux avantages d’être une éducatrice remplaçante au SR inc. ?

L’avantage principal est que nous sommes à l’avant-plan dans les CPE. Nous voyons ce qui se passe concrètement sur le plancher. Avec les coupures budgétaires que les CPE ont subies, il est intéressant de constater comment chaque CPE fait pour contrer tout ça.

Une autre chose que je trouve intéressante est que nous voyons toutes les différentes façons de fonctionner des CPE, les différentes équipes, les différents aménagements, etc. Ce qui fait qu’on acquiert énormément de bagages et ça nous aide à développer notre créativité.

  1. As-tu des astuces lors de ton arrivée dans un nouveau CPE ?

Premièrement, j’arrive à l’heure et même 10-15 minutes en avance pour être disponible quand la direction ou le personnel va m’expliquer où sont les choses. Ça me permet d’avoir du temps pour observer le milieu et pour me situer. Je regarde aussi dans le dossier le poste et l’horaire que je suis censée faire. Les gens du CPE voient que je suis à mon affaire et informée sur leur milieu et ils adorent ça !

Je n’hésite pas à faire des présentations officielles (bonjour je m’appelle Joanie du SR pour tel horaire) et je donne des poignées de mains. J’apprends les noms de gens avec qui je travaillerai !

  1. As-tu des astuces pour mettre en confiance un parent qui ne te connaît pas ?

Encore une fois, je me présente officiellement et je leur indique que c’est moi qui ai passé la journée avec leur enfant. Je fais mon plus beau sourire et j’écoute ce qu’ils ont à dire ! Petit truc, je vais leur dire une chose cute ou drôle que leur enfant a dit/fait alors je vais les chercher comme ça. Souvent on va rire ou ils vont dire « c’est bien mon fils /ma fille! » et souvent les parents commencent à me parler de leur enfant et je n’ai qu’à écouter !

  1. Apportes-tu du matériel (jouets, livres, etc.) lorsque tu te déplaces d’un CPE à un autre ? Si oui, quel matériel ?

J’utilise deux façons. Si je fais un poste de rotation, donc différents groupes d’âge, j’amène du matériel qui va fonctionner pour tout le monde. Si je suis avec un groupe, j’amène du matériel approprié pour ce groupe d’âge et je fais ce qu’on appelle une planification ! Je planifie des activités alors je vais amener le matériel dont j’ai besoin pour ! La planification va faire toute la différence parce que tu vas aller chercher les enfants de cette façon, en piquant leur curiosité.

J’utilise un sac (comme un baluchon en tissus), je mets plein de matériel comme des balles, des choses gluantes, des objets texturés et je leur demande, à tour de rôle, de deviner ce qu’ils touchent… ils adorent ça !

J’apporte aussi des livres, des dessins, j’ai plastifié des livres « Cherche et trouve » alors ils peuvent encercler et dessiner, il n’y a donc aucun danger pour eux.

J’aime varier mon matériel alors ce n’est jamais le même que j’apporte !

 

Valorisation de la garde en milieu familial

Le RCPEIM était très fier de participer à un événement organisé par les BC Saint-Michel et Cavendish qui soulignait une étape importante franchie par les RSG de ces bureaux coordonnateurs autour de leur identité professionnelle. Depuis plus d’un an, les RSG de ces BC ont entrepris une démarche afin de valoriser leur rôle auprès des familles et de la communauté. Une trentaine de RSG ont été impliquées tout au long de ce processus et il a permis  de préciser le rôle professionnel et les responsabilités des RSG.  Cet important travail de valorisation de la garde en milieu familial a permis de mettre en évidence quelques caractéristiques de ce mode de garde :

  • L’accueil chaleureux et sécurisant dans un environnement familial;
  • La stabilité et la continuité de la fréquentation des enfants;
  • Les possibilités d’apprentissages offertes : dans les activités quotidiennes de la maison, les ressources du quartier, les enfants d’âges différents ou de la même famille;
  • La flexibilité et la possibilité de prendre son temps;
  • La possibilité pour les parents de choisir une responsable et un milieu près de ses valeurs;

Cette démarche a permis aux RSG de définir des compétences clés pour assurer un service de qualité, de définir les compétences nécessaires pour soutenir les enfants dans leur développement, pour soutenir les parents et les familles qui fréquentent leur milieu, de bien s’arrimer au travail effectué par le BC et de s’inscrire dans la communauté où est situé le service de garde. Cette démarche inspirante mérite d’être saluée, car elle contribue à promouvoir la vision de qualité des services offerts aux enfants et aux familles que le RCPEIM porte.

Visiter le site du BC Lieu des petits

Le développement durable au cœur du CPE Lafontaine

Le CPE Lafontaine, membre du RCPEIM et situé au cœur du Plateau Mont-Royal, a toujours inclus le développement durable dans sa mission. La directrice du CPE, Josée Lalonde, nous présente aujourd’hui le programme de certification de CPE durable, un programme d’accompagnement proposé par l’organisme ENvironnement JEUnesse qu’ils ont rejoint en mars 2015.

  1.  Avant de rejoindre le programme, comment définiriez-vous la place qu’occupait le développement durable dans votre CPE ?

 Il y avait déjà une sensibilité, une préoccupation pour le développement durable au sein du CPE. En 2010, une cellule a été formée par trois parents afin d’éveiller les consciences à l’écologie et afin de mettre en place des actions concrètes comme le recyclage, l’utilisation de papier recyclé et des appels à tous pour utiliser du matériel recyclable comme des bouchons, des boutons, de la laine pour les activités manuelles.

Lors de l’ouverture de la 2ème installation, un choix tout particulier a été porté à l’achat de mobilier en bois ainsi qu’à une meilleure insonorisation des pièces.

  1. Qu’est-ce qui vous a décidé à rejoindre le programme ?

La cellule « développement durable » au sein du CPE mise en place en 2010 fonctionnait avec l’investissement des membres, mais à cause de départs de parents, il y a eu des périodes où aucune action n’était menée. Nous avions envie que les actions déjà mises en place puissent continuer, connaissant déjà l’organisme Environnement JEUnesse et leurs valeurs, nous nous sommes renseignés pour rejoindre le programme CPE durable.

En rejoignant ENJEU, on accède à un programme structuré et on est pris en charge par une équipe, on reçoit un véritable soutien lors des creux de vagues.

  1. Quels sont, selon vous, les avantages à participer à ce programme ?

ENJEU dispose de nombreuses ressources et de formations. L’équipe est présente pour aider à la mise en place de projets. Les actions de réseautage permettent de briser l’isolement, de mettre en commun des ressources et des connaissances mais aussi de s’inspirer d’autres CPE qui sont plus en avance dans le programme. « Savoir qu’on est plusieurs motivés par le développement durable, c’est porteur et stimulant ».

  1. Pourquoi le programme CPE durable d’ENJEU est particulièrement bien adapté aux CPE ?

 L’équipe d’ENJEU est consciente du cycle particulier vécu dans les CPE notamment avec les parents qui quittent après le départ de leur enfant ou encore les conseils d’administration non stables. L’équipe sait non seulement s’adapter aux multiples changements mais aussi développer des outils de promotion du développement durable tout particulièrement adaptés aux parents.

  1. Quel niveau avez-vous obtenu ? Pouvez-vous nous expliquer les différentes étapes du programme de certification ?

Il y a cinq niveaux de certification dans le cadre du programme CPE durable :

  • Niveau de démarrage
  • Niveau 1
  • Niveau 2
  • Niveau 3 
  • Niveau Excellence

Le CPE est rendu au niveau 1 du programme de certification. Au niveau de démarrage, on demande au CPE de réaliser un portrait des actions déjà mises en place ainsi que la création d’un comité dédié au développement durable si celui-ci n’existe pas encore.

Pour ensuite accéder au niveau 1, il faut maîtriser l’outil Radar (bibliothèque de ressources) et consolider ce qui a été fait au démarrage.

« Il faut voir les différents niveaux comme des évolutions, ce ne sont pas des courses à la performance, à vouloir réaliser trop d’actions on risque de se perdre. » 

  1. Comment se déploient concrètement l’accompagnement d’ENJEU et la démarche CPE durable dans votre CPE ?

 ENJEU s’est impliqué à plusieurs reprises lors de réunions du personnel notamment pour soutenir l’équipe lors de l’utilisation de l’outil Radar. En rejoignant la démarche, le CPE a accès à des formations gratuites. L’équipe d’ENJEU est aussi disponible pour soutenir l’organisme et réajuster avec les gestionnaires du CPE le plan d’actions initial.

  1. Comment avez-vous réussi à impliquer votre équipe éducative et les parents du CPE au quotidien ?

Pour que le projet fonctionne sur du long terme, il faut au moins que deux personnes s’impliquent dans le comité développement durable.

ENJEU a proposé au CPE l’envoi mensuel d’un bulletin aux parents afin de les informer de la mise en place d’actions quotidiennes au sein du CPE. Ce bulletin aide aussi à éveiller les consciences des parents et à ce qu’ils se sentent concernés par le projet. La communication avec son équipe mais aussi avec les parents est une clé importante pour la mise en place d’un projet sur le long terme.

Concernant notre équipe éducative, ENJEU s’est déplacé dans le cadre d’une réunion du personnel afin de démystifier le développement durable et pour permettre une meilleure compréhension et communication entre les membres de l’équipe dans les actions à mettre en place au quotidien. 

  1. Quelles actions avez-vous mises en place pour sensibiliser les enfants du CPE ?

L’équipe éducative se charge au quotidien de mettre en place des activités de sensibilisation au développement durable auprès des enfants. Par exemple, une grande place est laissée à la sensibilisation à la nature via le biais des sentiers urbains ou encore partir à la découverte d’animaux. Des actions simples sont aussi mises en place comme des activités de bricolage avec des objets recyclés de la maison, emmener les enfants à l’Écomusée du fier monde ou encore participer à un événement à l’occasion de la journée de la Terre. 

  1. Quelles ont été les principales retombées pour votre établissement ?

La jeune génération de parents est une clientèle déjà sensibilisée à ces enjeux, les activités et les projets menés par le CPE suscitent un vrai intérêt pour les parents, c’est une valeur ajoutée. 

  1. Quel(s) rôle(s) peuvent jouer les milieux de garde dans le changement de comportement selon vous ?

Le CPE est le 1er réseau social, c’est le 1er maillon de l’éducation pour les enfants mais aussi pour les parents. Les milieux de garde sont donc des belles portes d’entrée pour l’éveil des consciences à des enjeux sociétaux et environnementaux. 

  1. Décrivez-nous brièvement les principales actions menées par votre CPE en développement durable.

 Depuis 2010, le CPE a mis en place une friperie ainsi que l’échange de jouets usagés. Le CPE est aussi un point de chute pour les paniers bio Les nues mains, c’est une action qui a été trouvée dans la bibliothèque d’activités proposée par Enjeu.

Du printemps à l’automne, les éducatrices et les enfants s’occupent d’un jardin avec des jardinières à épices et des semis, c’est un réel espace d’échange et d’apprentissage.

Suite à une soirée de réseautage organisée par ENJEU, le CPE a bénéficié de nombreux contacts et coups de pouce dont une subvention de la banque TD pour la mise en place du jardin ou encore le financement de bacs en bois et de drainage de l’eau par d’autres organismes partenaires.

En 2016, deux bacs pour la récupération de l’eau usée ont été mis en place. 

  1. Quels sont les principaux défis rencontrés pour l’instauration de nouvelles pratiques en gestion durable ? Et solutions pour répondre à ces défis ?

Le plus gros défi d’avoir de la constance dans les actions et les décisions. Lorsqu’on parle de développement durable, on parle d’habitudes de vie et d’habitudes collectives qui demandent de la permanence. ENJEU est là en soutien pour les CPE et pour leur apporter de nouvelles solutions.

" Le développement durable est en enjeu qui se porte collectivement."
Josée Lalonde
Directrice du CPE Lafontaine

Évaluation d’un CPE qui a réalisé un BSI

Entrevue avec Robert Racine, directeur du CPE/BC Lieu des petits qui a réalisé un BSI en partenariat avec la FECHIMM. 

 

Le BSI m’a permis de planifier sur du long terme, de prévoir un budget et donc une meilleure gestion des finances de mon CPE. L’étude m’a aussi permis de mieux comprendre les besoins de mes installations.

Je peux planifier les travaux à réaliser, car l’inspection visuelle est présentée selon un ordre chronologique qui s’échelonne jusqu’à 20 ans.

Le BSI prévoit des dépenses d’infrastructures qui sont chiffrées annuellement. Les axes d’intervention urgents sont clairement identifiés de manière à outiller les gestionnaires dans la planification des travaux à réaliser.

 

Top